Guillaume Perret

Vendredi 21 août – 00h00 – Salle Nougaro

Guillaume Perret – Sax tenor
Yessai Karapetian – Piano / Keyborads
TBC – Bass
Martin Wangermée – Drums
Cet album est un trip cinématographique, au début je pensais l’appeler « making your life a movie », une invitation à colorer le réel.
L’idée est de créer une sorte de piste de décollage qui nous connecte à nos émotions intérieures afin de les connecter plus intensément lors de moments du quotidien, pour alimenter notre imagination et nos pensées créatives, transformer les routines. 
J’ai voulu concevoir une musique enveloppante qui mette en connexion notre intériorité avec le monde extérieur, ainsi, quels que soient les images et les sons qui nous entourent, ils se mélangent toujours bien avec l’aventure sonore proposée dans ces compositions aux longues formes.
Un casque bien vissé sur la tête, on peut se sentir comme dans un clip, entre réel et fiction. 
On passe ainsi par plusieurs états d’âme, au travers d’univers différents, des propositions qui sont sans cesse re-challengées, des aires d’envol, des ruptures, des pistes brouillées, des trappes qui s’ouvrent sur des mondes inconnus, on prend de la force, on fait de sa vie un film dont on est le héros. 
D’un point de vue plus historique, cet album explore certaines voies que j’ai ouvert avec le film « 16 levers de soleil », l’odyssée de l’astronaute Thomas Pesquet, pour lequel j’ai composé la bande son. 
Pour interpréter cette inspirante commande d’écriture j’avais monté ce 4tet avec Yessaï Karapetian (claviers) Julien Herné (basse) et Martin Wangermée (batterie). 
Beaucoup de matières sont nées de cette expérience, puis le groupe a muri, j’ai eu envie de donner une suite à ces explorations sonores. 
Outre l’espace et l’univers dans son infinie grandeur, j’explore au travers de cet album l’idée du voyage, relatant en musique des émotions plus personnelles que j’ai pu ressentir lors de ma vie de musicien et d’humain. Des périples dans le monde réel mais également des voyages émotionnels, ceux des rêves et ceux de l’imagination. Ainsi l’on arpente des contrées, l’on plonge dans les abysses, l’on explore la puissance féminine, la grâce, le mystère et la complexité, les gouffres vertigineux.